Twitter entre en guerre contre les Trolls

Le PDG de Twitter, Dick Costolo

Dick Costolo, le PDG du réseau social Twitter

Twitter frappe du poing sur la table et annonce par la voix de son PDG, Dick Costolo, que des mesures pour lutter contre le harcèlement vont être mises en place.

Malgré les millions de choses extraordinaires que l'on peut découvrir sur Internet, il en est d'autres qui le sont beaucoup, à savoir les Trolls. Se roulant souvent dans les draps de la liberté d'expression, poussant le concept dans ses limites, ces individus sont à l'origine de nombreux conflits ou disputes sur le web, et plus particulièrement sur le réseau social Twitter.

Ces dernières années d'ailleurs, de nombreux cas de harcèlement ou d'abus ont été comptabilisés sur Twitter, mais aujourd'hui c'est par la voix du PDG de la société, Dick Costolo, que l'on apprend que ces Trolls avaient même tendance à faire partir du réseau de plus en plus d'utilisateurs et qu'en conséquence des mesures draconiennes allaient être mises en place pour lutter contre ce fléau. L'objectif est de rendre l'expérience sur le site de microblogging plus agréable aux membres actuels et, surtout, à venir.

Twitter admet avoir échoué dans la lutte contre le harcèlement

Une telle confession de la part du PDG de la firme démontre que le harcèlement sur le réseau social commence à devenir un vrai problème pour l'entreprise, problème qui serait probablement même à l'origine, tout du moins un des facteurs, de la stagnation de la croissance du nombre d'utilisateurs actifs mensuels.

Récemment, une affaire a fait la Une des sites américains et de la presse, après que l'écrivaine féministe Lindy West ait été littéralement persécutée par de nombreux trolls sur Twitter. L'affaire est allée d'ailleurs si loin qu'un de ces énergumènes avait eu la brillante idée d'usurper l'identité du père décédé de l'auteure pour la harceler sur le réseau social.

Même s'il est possible de bloquer les personnes sur Twitter ou de les signaler comme spam, de nombreuses voix s'élèvent pour dire que ce n'est pas suffisant. Cette récente affaire a contribué à susciter un débat concernant les responsabilités de l'entreprise face à ses utilisateurs, et sur ce que pourraient faire ces compagnies pour protéger leurs membres du harcèlement.

Nick Costolo assume personnellement la faute

Suite aux nombreuses critiques, Dick Costolo a décidé de sortir de sa réserve pour s'occuper personnellement de ce problème :

Permettez-moi d'être très très clair concernant ma réponse. J'assume personnellement la responsabilité de notre échec à gérer ce problème dans l'entreprise. Je pensais l'avoir fait dans ma précédente note, mais je réitère ce que j'ai dit, qui est que je prends l'entière responsabilité de cela. Je précise même que cela n'est la faute de personne d'autre que moi. Nous devons être capable de dire à tout le monde la vérité, et la vérité que tout le monde sait sur cette planète est que nous n'avons pas agi avec efficacité comme nous aurions dû, et c'est de ma faute et personne d'autres. Donc maintenant nous allons régler ce problème, et je prendrais mes responsabilités personnelles pour m'assurer que nos employés disposent de toutes les ressources nécessaires, nuit et jour, pour résoudre ce problème, qu'il y ait des lignes claires de responsabilités et d'imputabilité. Nous ferons en sorte qu'il n'y ait pas d'équivoque sur nos décisions et nos choix.

Troll un jour, Troll toujours

Malheureusement, et quels que soient les outils proposés à l'avenir par Twitter, il existera toujours des personnes mal intentionnées sur la toile et il sera difficile d'agir sans rogner sur les quelques libertés qui nous restent. Il ne nous reste à l'heure actuelle que cette maxime à appliquer à la lettre : "Don’t feed the troll"

Un troll sur Twitter

Les trolls trop nombreux sur Twitter ?

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *